My Photo

September 2019

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« La Gaffe de Palm ! | Main | The Blog Craze ! »

February 08, 2005

Comments

Bon courage, et chapeau pour la sincérité.

Je trouve que l'idée de ne pas calquer sa stratégie sur les concurents et de choisir la voie de l'innovation (technique ou marketing) est la seule possible pour survivre.

PS : a l'occasion il faudra que je te parle de flowaves, il y des application pour le domaine de la photo numérique !

"Avec une centaine d'offres en France, des concurrents qui sont prêts à perdre de l'argent à court terme"

Vendre à perte n'est il pas illégal en France ??????

"a l'occasion il faudra que je te parle de flowaves, il y des application pour le domaine de la photo numérique !"

J'ai hate de tester cela ;=)

Wow ! effectivement ça va être dur en 2005 avec des concurrents qui cassent les prix à ce point. Mais en tant que consommatrice, je suis désolée de vous dire que je m'en réjouis.
Par contre pour la santé de votre société c'est moins réjouissant. Je me demande si dans un contexte concurrentiel aussi difficile, la meilleure protection n'est pas d'être petit ? pour moins subir les aléas du marché (en supposant que les concurrents qui cassent les prix, ne survivent pas longtemps en pratiquant des tarifs pareils).
Autre solution, la qualité du service qui justifie les prix (ex : dans l'argentique : Photo service) ?

Il est minuit, la journée fut encore très chaude et je rentre juste chez moi, d'abord sur le blog avant de rejoindre le lit conjugual...

Ziala, ce n'est pas parce qu'il y a une guerre des prix qu'il faut s'inquiéter pour la santé de Photoways ! Au contraire...Etre gros, et efficace, c'est aussi avoir l'assurance de disposer de coûts meilleurs, permettant de s'offrir une guerre des prix sans perdre d'argent.

On m'a demandé ce soir : si on te donne 10M€, vois tu des concurrents à racheter. J'ai alors répondu : avec cette somme, plutôt que de les racheter, ce qui est leur rêve, je leur fait une guerre des prix et un blitz marketing qui les mettra à genoux !

Ca prendra le temps que ça prendra, 6 mois, 12 mois, 18 mois, 24 mois mais après on y verra plus clair. Non seulement ils ne seront plus là, mais en plus j'aurais bâti un bijou de petite usine de photos numériques !

Oui, Photo Service justifie des prix plus élevés par la rapidité du service, mais ils ont actuellemetn de gros problèmes, comme beaucoup d'acteurs de l'argentique, à cause de la chute du business et de la chute des prix qui les affecte forcément.

Laurent,

Si tu es commerçant, en effet, tu ne peux pas vendre à 90 ce que tu as acheté 100.

Mais en tant qu'industriel, c'est autre chose. La définition de vente à perte est plus compliquée car il y a l'amortissement des machines, la prise en compte ou non des frais généraux, la main d'oeuvre directe de production etc...

Le papier et la chimie ne rentre pour pas plus de 50% du total, le reste est une affaire d'allocation de côuts...

Laurent (B), quand tu veux pour flowaves ! Email, skype, aim ou call me !

mdg@photoways.com
skype mdeg62
AIM : micheldegui

Autre possibilité: ne plus se positionner seulement par le prix mais par de bonnes pratiques sociales. En tant que consommateurs, nous cherchons toujours le meilleur prix, mais en tant que salarié, nous exigeons des conditions de travail décentes avec des salaires itou. La course au bas prix peut s'infléchir si le consommateur prend conscience que sa demande finit par plus pressurer les salariés qu'autre chose : les photos à 5c, c'est aussi des gens payés peau de balle, avec des horaires désolants. Au consommateur d'arbitrer au final : consommer moins (à revenu constant ou fléchissant, choisir un peu plus cher, c'est consommer un peu moins), mais consommer mieux, consommer solidaire... nos emplettes sont leurs conditions de travail, et leurs conditions de travail pèsent sur les notres...

Alors, capable de communiquer sur la valeur ajoutée des bonnes pratiques sociales dans l'entreprise?

Je suis ravi de lire cette note que je trouve juste, saine, authentique et qui devrait rassurer tes équipes sur la qualité de leur dirigeant, sa combativité et son sens des priorités.

Pour compléter ton propos, je citerai un maître du marketing international, Michaël PORTER, qui disait "l’essence de la stratégie est le choix d’accomplir ses activités d’une manière différente de celle de ses concurrents". Tu es sur la bonne route, bon courage.

Merci à tous de vos commentaires. J'ai été un peu débordé ces derniers jours avec quelques "scoops", aussi bien au niveau de Photowyas et du marché, mais je ne peux pas trop en dire...

Sur le commentaire de "Le Monloecte" : nous sommes tous soumis aux lois françaises et il y a aussi un marché "concurrentiel" de l'emploi. Personne je pense ne paye au lance pierre ses hommes car alors ils partiraient. Il ne peut donc réellement y avoir de différenciation à ce niveau. En fait, la course au prix ne pressurise pas tellement les salariés, mais surtout les actionnaires qui ne gagnent plus rien...Et peu de consommateurs auront de pitié pour les actionnaires. Chaque acteur bénéficiaire de la création de valeur (salariés, actionnaires et consommateurs) tirent tous la couverture à eux pour en avoir le plus possible...

Carlos, la route est encore longue, très longue ! Quand je serais arrivé à 100M€ de CA dans 5 ou 6 ans, une rentabilité de disons 7 ou 8M€, une croissance de l'ordre de 5%/an, la je dirais peut-être "OK", "on a fait du bon boulot"...Dans l'immédiat, on bosse, on bosse, énormément...

Avec 3 millions de gens qui cherchent un boulot, 1, 5 M de précaires, et 2 ou 3 millions de temps partiels subis, il n'y a pas de marché concurrentiel de l'emploi! La pression est énorme sur les salariés en poste, sommés de revoir leurs prétentions à la baisse et encore plus sur les nouveaux entrants, dont les salaires de départs sont au plancher et peinent par la suite à décoller. La variable d'ajustement, c'est la masse salariale, vous le savez aussi bien que nous tous. Pour casser les prix, on peut effectivement améliorer l'organisation, innover, investir dans des équipements plus performants, mais quand l'actionnariat réclamme ses 15% annuels, il n'y a plus de magie, faut trouver les postes budgétaires où l'on peut dégager très rapidement des bénéfices...

Personnellement, et je suis long d'être la seule, je n'ai pas le nez vissé sur les prix, je m'intéresse de beaucoup plus près aux pratiques sociales des entreprises, cherchant à savoir ce que je finance réellement chaque fois que je sors ma CB.

Par ailleurs, je suis cliente de Photoways depuis un bon moment... et même si cela ne m'avantage pas à court terme, je soutiens votre orientation stratégique qui refuse la course aux prix cassés et reste chez vous!

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories