My Photo

December 2021

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Apple Sait Ecouter et s'Adapter ! Transition Stratégique entre iPod et iPhone ! | Main | Peugeot et Corvette en Pôle aux 24h du Mans ! »

June 11, 2008

Comments

Faire croire que le E-commerce est simple est mentir. Faire croire que l'E-commerce est un monde complexe, fait de jargon technique anglais est une vue de l'esprit. Créer un site de vente en ligne n'est pas l'affaire d'ultra-spécialistes ou de consultants expérimentés à 1000 euros la journée. C'est avant tout une affaire de compétences et de pertinence du commerçant lui même.
Au contraire je trouve que le niveau d'expertise des E-comercants aujourd'hui n'a jamais été aussi bon, et c'est agréable de rencontrer sur des salons des vendeurs de chaussures ou de machines outils qui ont une démarche pertinente sur le web et qui se pose les questions de base : le marche, les cibles, les plus produits etc... bref les questions de cours de marketing de la première semaine. le reste... C'est de l'enrobage techno-lexical...
Traduire : les E-commerçants et les webagencies ne sont pas tous des branlots débiles qui pensent à gagner des miliards en vendant des patates sur le web... Un auvergnat, les pieds sur terre.

Scopika,

En effet, tout est affaire de compétences, de pertinence, et en effet ce n'est pas une question de jargon opaque.

Ceci étant posé, la question reste entière : avoir cette pertinence, réunir, manager et coordonner ces compétences n'est justement pas simple du tout.

Ca, c'est le constat de bon sens de celui qui vit dans le milieu de l'e-commerce, recrute des équipes et investit là où il faut investir de façon efficace.

Enfin, les cours de marketing de la 1ère semaine sont nécessaires, il ne faut pas les oublier, mais ce qu'on apprend après sur le terrain, ou en 2ième semaine, c'est pas inutile non plus !

Faire croire qu'en ayant du bons sens cela suffit est également une vue de l'esprit. Le bon sens est strictement indispensable, mais n'est pas suffisant, et de loin, à développer un e-commerce performant.

Sinon, à quoi justement servirait les spécialistes des web agencies, par exemple ?

On ne peux plus d'accord : je rencontre souvent des personnes qui veulent se lancer dans le ecommerce. La seule chose indispensable, c'est la connaissance d'un produit ! Ceux qui flairent juste une opportunité vont uniquement se faire mal...
Mais, après, il faut apprendre tout ! J'aime bien votre métaphore : Vendre sur internet, c'est comme vendre en Chine ! Personne ne se dirait "Tiens, demain je vends en Chine"...
Question cible, 42stores s'occupe juste d'une autre cible : tous les petits qui veulent se lancer sur le web...

Bravo !
Je souscris totalement à votre analyse. Le e-commerce est un métier pas une opportunité de développement.
C'est dur, ça coute cher, il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus. Chaque matin, la vérité de la veille n'est plus qu'un souvenir.
Pour reprendre votre image, je rajouterai que compte tenu des évolutions incessantes (tehno, marketing...) il me parait indispensable de réaliser "la fragilité" des 4 piliers. Un peu comme pour une maison dont il faudrait sans cesse revoir les fondations.

Pourquoi tant de rancoeur de la part de quelqu'un d'aussi intelligent...

J'avoue que moi même je me plains très souvent de la médiocrité de certains acteurs de la chaîne de valeur, mais quelqu'un me faisait remarquer récemment que c'était en éduquant le marché que les bons tireraient leur épingle du jeu, plutôt qu'en attaquant les mauvais.

Raphael,

Pas de procès d'intention stp.

J'insiste essentiellement dans ce post sur le fait que l'e-commerce est un métier spécifique qui, pour être bien réalisé, demande la parfaite maîtrise et coordination de 4 grandes compétences.

La première partie de l'article est tout de même assez orientée...

Concernant le reste de l'article, je suis tout à fait d'accord. Mais de la même manière l'exploitation minière est un métier spécifique, l'agriculture en est un... La différence ? La maturité. En à peine 10 ans, difficile d'établir des règles qui ont été établi sur des dizaines d'années pour d'autres métiers.

Donc je trouve ta démarche vraiment intéressante car structurante, et je pense qu'il faut alors lancer le débat sur 4 pilliers ou plus ? quelle organisation ? quelle formation ? quels outils ? mais aussi quels prestataires ? qu'attendre d'eux ? sous quel forme ? quel modèle économique ? avec quel cadre légal ?... Il faut donc en effet s'atteler à construire une vraie industrie avec ses règles héritées d'échec et de pas mal de réflexion.

J'essaierai toujours de t'aider dans ce sens à faire avancer le débat.

Beaucoup d'appelés, peu d'élus, c'est un peu la dure loi (mais ancienne) du commerce et du succès.
Qu'il y ait une alchimie, faite de savoir-faire, de rigueur, d'intuition, de bon sens pour réussir dans le e-business, je dirais tant mieux !
Qu'il y ait des offres de consultants qui ne produisent pas les effets escomptés, cela a été vrai de la publicité, du marketing direct, des conseils fiscaux et patrimoniaux.
Ce qui me semble vrai, c'est que se faire conseiller et, pour cela, savoir s'entourer, c'est le premier des talents.
Ensuite, être capable de remettre l'ouvrage sur le métier, alors que tout semble fonctionner (enfin!), c'est l'autre qualité du dirigeant.
Mais surtout, je dirais que le commerce en ligne, c'est d'abord du commerce et qu'en cela, chaque cas est différent.
Je rejoins l'idée que le fulfilment, c'est à dire ce qui se passe "après" est essentiel.
Mais également qu'aujourd'hui, laisser le produit se défendre seul, c'est suicidaire. L'e-business ne peut réussir qu'intégré dans un ensemble multicanal parfaitement maîtrisé.
En tous cas, bravo Michel pour le succès de Photoways !

Emmanuel MIGNOT
PDG de Teletech International

Très bonne note

Toutefois l'analogie avec la restauration a ses limites:

- L'e-commerce a des effets de levier plus importants que la restauration qui ne peut compter que sur de l'humain pour faire la cuisine et servir

- L'e-commerce ne bénéficie pas encore de la TVA 5.5 quand le client vient chercher le colis en point retrait :-)

@Emmanuel MIGNOT

>la dure loi (mais ancienne) du commerce et du succès.

Si ce n'est que jamais, se lancer dans le commerce n'a été présenté et perçu comme facile.
Ouvrir un site de e-commerce est aujourd'hui chose aisée et présentée comme la condition suffisante pour faire du e-commerce.
Il se créé actuellement 2 sites e-commerce/heure en France...
J'ai peur qu'au bout du compte la ruée vers l'or de 1848 ait laissé moins de monde sur le bord de la route.
Je suis globalement bien entendu d'accord avec toutes vos remarques mais il me semble "d'intérêt public" de dire et redire que le e-commerce n'est pas loin s'en faut à la portée de tous et de toutes (particuliers comme entreprises). En cela l'article de Michel de Guilhermier est une bénédiction.


@daniel
>L'e-commerce ne bénéficie pas encore de la TVA 5.5 quand le client vient chercher le colis en point retrait :-)

Une idée à creuser ? à soumettre ? S'il y a une pétition je la signe ;-)

Tout le monde peut dire tout et n'importe quoi et les clients ne comprennent pas ce qu'ils achètent: c'est une réalité indéniable !

Le marché souffre de sa complexité technique qui favorise une grande opacité. Celle ci est entretenue souvent par les prestataires eux-même... L’abondance d’une offre disparate et inégale (du neveu de la comptable qui bidouille des sites aux grandes web agencies en passant par les indépendants) vient brouiller les cartes.

Mais le problème vient principalementt de la profession qui n'a pas su se doter des outils classiques d’une corporation : normes professionnelles de qualités, organismes de certification, autorité d'arbitrage et de conciliation, et bien, communication et évangélisation auprès des entreprises d'abord et du public ensuite.

Dans le contexte décrit par Michel, où l'argent flambe sans contrepartie au niveau des résultats,il est clair que le concept Inspirationnal Stores a devant lui un boulevard pour proposer aux marques du luxe de s'offrir un nouveau canal de distribution sur une mode proche de la franchise, sans risque et surtout en faisant l'économie d'un long process d'apprentissage, ponctué de déconvenues couteuses. Et l'objet de ce billet est justement de rappeler ce positionnement malin et original. Bravo, Michel: tout compris !

Une objection pourtant : le pouvoir réel est à celui qui est au contact du client final. Je serai une grande marque, je me demande si je ferai l'économie de cette expérience, même couteuse. J'aurai sans doute un peu peur de perdre ce lein direct avec mes consommateurs d'une part, et qu'ils me soient confisqué peut-être même si les rapports avec le franchisé venait à se détérioré. Michel, à qui appartient le fichier client de Ladurée On Line ?

@diagnosite,

Merci ;-)

Dans le monde physique, les marques passent souvent par des distributeurs indépendants et sont tout aussi coupées d'un contact direct avec les consommateurs.

En passant par Inspirational Stores, elles sont au moins sûres d'une chose, c'est que j'aurais autant à coeur de comprendre intimement le consommateur que ce que j'ai fait chez Photoways...et qui nous a permis de surclasser la concurrence.

Et bien entendu, je partage ma connaissance des clients avec les marques.

Daniel, l'analogie avec ta restauration ne tenait que sur un seul point : ça paraît simple d'ouvrir un site e-commerce, et de fait ça l'est, mais c'est après que ça se corse et ça on ne le voit pas !!

Laissons à chacun une part de rêve que diable.
Certains dans le E-commerce voient une façon de créer, d'entreprendre d'étendre une activité.
Beaucoup n'ont pas toutes les compétences, certains vont les acquérerir, d'autres jamais...certains vont mourrir rapidement, d'autres survivront....
Dans le E-commerce comme partout, les meilleurs survivent car ils ont été les meilleurs.
Je trouvais quand même que l’article est un peu tarte à la crème et je ne voyais pas ou vous vouliez en venir, jusqu’à ce que je me rende compte que c’était un « appel au client »
Et là j’ai un peu mieux compris.

@ Filmail

Appel aux clients ? Où ça ? ;-)

Bonjour

Je pense que vous avez exactement mis le doigt sur la principale problématique que doit affronter l'entrepreneur de E-Commerce. La multiplicité des compétence nécessaires et le coût astronomique que cela peu générer pour un projet de petite ou moyenne envergure (nous allons dire que les gros budgets ont les moyens de s'offrir un chef de projet opérationnel digne de ce nom).

Je me suis posé la question suivante : Comment arriver à offrir une véritable équipe de spécialiste pour un budget minimum. La réponse au final est très simple mais bien sûr il faut savoir comment la mettre en place. Cette réponse c'est : La mutualisation de ressources.

Oui vous ne rêvez-pas, ce concept qui fonctionne pour l'hébergement internet peut-être appliqué aux compétences nécessaires au E-Commerce. La principale difficulté va être de réunir suffisamment de projets pour arriver à "amorcer la pompe" de la mutualisation.

C'est un pari risqué que j'ai décidé de prendre en mettant en place le Club ECOM.

La promesse est de partager les ressources d'un gros (ou très gros (on peu rêver)) projet réunissant stratèges, marketeurs, publicitaires, développeurs web, graphistes, référenceurs,logisticiens, administratifs,....Bref tout ce qu'il faut comme compétences pour mettre en place des projets techniquement efficaces, valorisants, visibles et rentables.

J'aimerai vous remercier Michel pour cet article qui devrait éveiller quelques consciences dans des entreprises ou l'on s'interroge sur les raison de l'échec de leur stratégie web. Il ne trouvent souvent à accuser que le graphisme, le référencement, le code ou dans le meilleurs des cas la démarche commerciale.

Cet article est un bon plaidoyer pour la maturité concernant le média internet. Dieu fasse qu'il devienne la référence de l'an zéro de l'internet efficace.

Érik NICOLAS

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories