My Photo

October 2022

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Xmas Season : How Bad ?! | Main | L'E-Shop de la Maroquinerie Delvaux est Ouvert ! »

November 28, 2008

Comments

Michel, je te trouve dur... il y a eu beaucup d'entrpreneur contraints qui ont aussi fait de grandes choses!

Dans mon cas, c'est vrai, j'ai pris peu de risques : j'ai créé ma première boîte en étant encore étudiant, et je viens de créer la second avec les dividendes de la première... en aurais-je fiat autant si j'avaie eu femme(s) et enfant(s) à charge? Si j'avais sû faire autre chose? Si je n'avais pas encore 25 ans et "rien à gacher"?

J'aimerai te dire que oui, mais honnetement, je n'en sais rien!


En me relisant, je me suis aperçu que ce n'était pas exactement ce que je voulais dire, alors j'ai enlevé la phrase portant à confusion.

Tu as raison, on peut très bien réussir en devenant entrepreneur un peu contraint, si on a cependant les ingrédients intrinsèques.

Les "ratés" sont ceux qui se croient entrepreneur - même après avoir fait HEC Entrepreneurs - mais qui ne le sont pas vraiment...

Back to basics !
Offrir un produit ou un service, beau et à un juste prix, et inventer des services d'exception qui devront toujours s'aligner sur le standart "luxe" du marché sans modifier l'équilibre économique (ça ne coûte rien de dire bonjour et d'être souriant) !
Au fond, souvent, la crise elle a bon dos.

Je rejoins ton analyse Michel sur l'idée du bon timing. Démarrer pendant la crise ( quand l'économie est au plus mal ) revient un peu à acheter au plus bas. Ce qui induit que le meilleur est devant.

En revanche, au fil des années et de mes rencontres, je constate combien les "profils de vrais entrepreneurs" sont variés.
Je ne vois plus seulement une race d'entrepreneur, mais bien un panel qui va du "inquiet calculateur" à "l'impulsif instinctif", en passant par le "promoteur" ou "l'inventeur".
Bref, en passant du temps dans des clubs de chefs d'entreprise (tels que CroissancePlus), je constate bien que nous avons de nombreux points communs, le sens du sacrifice ou de la prise de risque, ou encore la passion centrée sur la raison sociale, mais néanmoins la variété est tout de même très présente (y compris dans un même secteur d'activité).

Je me suis même amusé depuis quelques années, à interviewer à l'étranger, des français ayant décidé de s'expatrier pour entreprendre. Là aussi je constate une grande diversité.
Tous les entrepreneurs français de la Silicon Valley ne se ressemblent pas.
Tous les patrons de PME à Shanghai ont des personnalités marquées, mais pas uniforme.
Bref penser "différent" c'est aussi peut être parceque nous sommes "différents", même au sein de notre petite communauté d'aventuriers.

Au plaisir de continuer de te lire.

Merci pour cet article. Il m'a fait réfléchir sur le sens de l'entrepreneuriat.
Il y a de nombreux murs à abattre et de nouvelles choses à bâtir, c'est clair!
Le plus dur est de rester confiant et serein face aux difficultés et c'est cette confiance qui est indispensable pour avancer.

Une lecture matinale vivifiante et entraînante ! Continue de partager ton fighting spirit, cela m'inspire.

C'est très juste, c'est le moment d'entreprendre (ça l'est même toujours pour les vrais entrepreneurs), la crise n'aura pas raison des bons projets !
La création d'une entreprise est un long chemin, un long combat, et de toute manière ceux qui n'ont pas les valeurs d'un vrai entrepreneur font souvent fausse route et s'essouflent rapidement.
Moi ce qui m'énerve encore plus, c'est qu'on pousse de plus en plus pour amener les chômeurs à créer, je trouve que c'est une des pires mesures qui pouvaient être inventées. Certes, ça fait bien pour le conseiller des ASSEDIC de cocher une case qui fera mécaniquement baisser le chômage, mais quelle responsabilité que d'amener à la création des gens qui n'ont pas forcément la personnalité et les "corones" pour. Et les infuser d'indemnisations pour les protéger.

Du coup, on retrouve des gens qui n'ont pas d'autres options, qui créent en étant déjà complètement lessivées.

Je trouve ça dommage, et surtout bien dangereux humainement et socialement...

1000% d'accord!

Ca donne la patate des posts comme ça ;))

j'espère bien que c'est le moment!
À bientôt michel!

"qui ne sont (...) que des ratés" ?
et dire que els échecs passés font parfois les plus grandes réussites de demain...

Mais c'est qui ces ratés ? S'ils le sont pourquoi en parler ?

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories