My Photo

September 2019

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Chute des Cours, Cash...OPA et Consolidation ! | Main | Quelle Volumétrie ! »

January 17, 2009

Comments

"Merrill Lynch s'avère finalement un sacré fardeau à porter..."
Pareil pour cette histoire belge..
"It wasn't supposed to be this way. BNP Paribas thought it was bolstering its balance sheet and gaining regional heft in buying the Belgian assets of Fortis for €14.5 billion ($19.25 billion), less than half their book value, last October. With Fortis facing a bank run, the French were helping prevent the disintegration of the Belgian banking system.

Instead, the French bank finds itself at the mercy of disgruntled shareholders and the Belgian courts that see BNPP as a party to a fire sale that trampled on shareholder rights and ..."
WSJ

L'assurance vie c'est vraiment sans risque ?
comment est placé l'argent confié ?
Les sociétés qui gèrent l'assurance vie ne peuvent pas se retrouver en situation de cessation de paiement ?

Si la Société Générale dépose son bilan, oui, je suis exposé....

Tout d'abord bonne année à vous et meilleurs voeux de prospérité.

Concernant votre article, j'avoue ne pas bien vous comprendre. Il y a quelques mois à peine, vous étiez tout feu tout flamme pour des investissements spéculatifs à fort potentiel de plus-value.

Quand je vous avais parlé de placer sur des actions refuges (béta faible et dividende élevé) telle que AT&T, vous aviez rejeté l'idée sous prétexte qu'il y avait mieux ailleurs. Certes, T a baissé depuis le moment où j'avais sollicité votre avis, mais d'une autre coté T a mieux résisté qu'apple (40% d'écart). Or, vous étiez bull sur apple tout au long de 2008.

D'ailleurs à un moment, vous nous annonciez un cours d'apple à 240$, puis sembliez ensuite intéressé à 140$, puis 110$, puis 90$. Et encore récemment, coup de théâtre ! Selon vous apple ne devient intéressante que sous 80$ !

Que s'est-il passé ? Apple est-elle devenue une paria entre-temps ? Je ne vous suis pas du tout. Etes vous rentré sur chacun de ces niveaux ? Avez -vous moyenné à la baisse ?

Pour revenir à l'article sur Merril, je suis encore plus perplexe. Vous accordez encore du crédit (sans faire de mauvais jeu de mot) à ces gens là ? Je vous croyais adepte de Warren Buffet? Franchement regardez du coté de ceux qui ont vu le pétrole en baisse en juillet et non du coté de ceux qui se sont fait rincer sur les dérivés, sur les crédits subprimes et sur la chute des indices en septembre-octobre.

Ces gens-là sont en train de nous expliquer que nous entrons dans une déflation longue à la japonaise alors qu'il y a peine 6 mois, ils nous prédisaient un baril à 200$ et une hyper-inflation longue et durable.

Pour en revenir aux conseils donnés, celui de placer ses économies sur des obligations maintenant, alors que les rendements sont proches de 0 et que la bulle obligataire ne demande qu'à éclater, relève encore à mon avis d'une courte vue.

Franchement Michel, pensez vous vraiment que nous nous dirigeons vers une déflation ? Je vous conseille vivement de jeter un coup d'oeil sur les stat de la fed et de la BCE pour regarder comment évolue la masse monétaire pour vous convaincre du contraire (je vous laisse faire votre homework). Non, cela ne tient pas la route.

Idem pour apple, je reste convaincu que cette entreprise vaut 140$ selon les calculs que je vous avais exposé. Dire qu'apple est intéressante sous 80$, sauf votre respect, est absurde. En ne tenant pas compte des 25b$ de cash, Apple vaut 55$. Soit un PE de 10, et même inférieur (il faudra juger sur le CA qui sera publié dans quelques jours). Le marché d'apple est en pleine expansion, et raisonner sur ces niveau de PE est absurde comparé aux rendements à 0 de l'obligataire justement.

J'espère vous retrouver optimiste et avec l'indépendance d'esprit dont vous faisiez preuve.

Cordialement,
Fut.Bot

@Fut.bot

Plusieurs choses :

0) En préambule "j'avoue que votre commentaire commence très mal et son crédit est largement anéanti quand vous dites "tout feux tout flamme pour des placements spéculatifs" !

Incroyable ! J'ai bien du dire une dizaine de fois depuis plusieurs mois qu'il fallait revenir progressivement et très prudemment, en précisant même - dès l'automne - que j'attendrais plutôt janvier 2009 pour revenir en Bourse.

On y est maintenant et, ceci étant, plus on avance, plus on se rend bien compte que la crise est bien plus grave et profonde que ce qu'on pouvait estimer. En conséquence, il faut être encore bien plus prudent et précautionneux.

1) Apple : je crois que vous n'avez pas du lire toutes mes notes dessus ou alors vous avez une mémoire sélective ! Je me rappelle parfaitement avoir écrit quand l'action était à 180$ il y a 6 mois, que si Apple pouvait atteindre 240$, dans l'immédiat je n'étais pas acheteur car elle était monté trop haut, trop vite. J'ai par ailleurs mis en avant un analyste qui, seul au milieu du tous, prévoyat AAPL à 85$, précisant que son scénario était crédible mais certainement pessimiste.

Nous nous rejoignons quand même sur une chose, Apple était et reste une excellente société. Très belle gamme de produits, beaucoup de cash dans les caisses. Reste l'inconnu Steve Jobs dont le rôle moteur dans la création de nouveaux produits est capital. S'il y a bien une société qui doit s'en tirer relativement mieux que les autres, c'est bien Apple, mais elle ne peut pas être épargnée par le contexte, voila tout.

2) Comme il n'a pas du vous échapper, il y a une véritable cassure économique depuis septembre. Alors que l'économie se maintenait à peu près jusqu'à l'été, les choses se sont violemment dégradées depuis septembre. Nous sommes en récession, les Bourses sont déprimées, ll est nécessaire de prendre cela en compte dans les points auxquels on pense que les sociétés sont des aubaines ou pas. Surtout que la récession vient réduire significativement les profits des entreprises (de 75% et plus sur certains secteurs). Et ma conviction est que ça va durer, au moins tout 2009, et peut même se prolonger en 2010.

3) Sur le fond, une entreprise ne vaut que le prix sur lequel se mettent d'accord 2 personnes. Dire "je suis convaincu qu'Apple vaut..." ne veut rien dire. On peut estimer "qu'Apple a une chance d'atteindre", oui, mais c'est tout. Plus tard, un jour, peut-être voire même sûrement, oui, ça vaudra 140$, mais dans l'immédiat, je ne crois pas à un rebond rapide vers ces niveaux. Apple est positionnée sur des produits "premium" dont la récession va certainement affecter les ventes. Et il y a bien peu d'acheteurs actuellement sur le marché...

Comme vous le précisez, on verra les 1er chiffres lors de la publication des résultats semaine prochaine.

4) Déflation : si on est pas encore en déflation, oui, je pense vraiment qu'il y a un gros risque qu'elle arrive, et de nombreux signes le montrent déja au quotidien. Nous sommes de fait dans un environnement déflationniste, que vous le vouliez ou non. De très nombreux produits, par le biais des promos, remises ou autres, sont actuellement proposés bien moins cher qu'il y a 6 mois. Aux US, les prix au détail ont baissé pour le 5ième mois consécutif en décembre, situation totalement inédite depuis...les années 30 !!! ca ne vous suffit pas ça comme donnée ? Prenons donc date...Maintenant, la déflation est un spectre tellement terrible et tellement pire que l'inflation que les gouvernements vont tout faire pour qu'elle ne soit pas là, y compris faire marcher la planche à billets, ce qui est assez facile. Dans une ere où les taux d'intérêt approchent de 0, il vaut mieux qu'il y ait de l'inflation, sinon même à 0 les taux d'intérêt sont trop élevés !!

5) Sur le fond, que vous ayez envie de prendre des risques en 2009 et que vous visez des hautes performances, grand bien vous fasse ! En ce qui me concerne, je vais plus prudemment semer pour une récolte en 2010 (peut-être) et 2011 ! Il n'est même pas impossible qu'on retrouve au cours de 2009 les niveaux de cours du milieu des années 90, ie 5000-6000 pour le Dow , soit encore 30% de baisse environ vs les niveaux actuels.

Je n'ai d'ailleurs pas attendu Merril Lynch pour être prudent et avoir placé sans risque une partie significative de mon patrimoine (ça remonte à 2005).

En aucune façon de plus mon post donne l'impression de les mettre sur un piédestal ni de considérer leur speech comme parôle d'évangile ! Et je garde ma liberté de penser, sans biais.

Je me demande au final si nous avons la même perception sur la magnitude de la crise actuelle, qui est quasiment sans égale ?

6) Pour terminer sur l'objectif 0%, 2 précisions : d'une part tant mieux si je fais globalement +10% sur mon patrimoine, mais ce que je dis c'est que dans le contexte de crise grave que je ressens je serais déja heureux avec un 0% global. D'autre part, pas mal d'actifs vont lourdement chuter (ie immobilier), alors il va falloir compenser par de bonnes performances par ailleurs pour simplement arriver à un 0% global.


Ok excusez le tout feu tout flamme, certes un peu provocateur.

Cependant, reconnaissez au moins un peu vos erreurs. J'avoue que j'hésite quand je vous lis entre :

- je n'ai rien compris à ce qu'il a écrit
et
- il s'est un peu planté et il ne veut pas le reconnaître

Admettez que vous avez souvent donné des niveaux d'entrée sur Apple, depuis cet été, pour lesquels vous jugiez le titre "attractif".

Je vous cite :

12 août 08 : « j’attends (…) qu’elle redescende à des niveaux plus raisonnable (sous les 150$)
29 sept 08 : « autour de 100$ le risque est maintenant faible, c’est une réelle opportunité »
21 oct 08 : « A environ 90$ à la cloture (…) le risque est maintenant très faible (…) et j’aime ces niveaux de cours »
4 déc 08 : « A 80$ le risque sur l’action est faible »
14 janv 09 : « sous les 75$, l’action serait intéressante »

Qu'avez vous fait alors ? Je n'en sais donc pas plus sur vos E/S sur AAPL. Non pas que je sois un inspecteur du fisc, mais juste pour comprendre votre philosophie, car non, vraiment je vous ai bien lu, et même relu.
Et je continue à voir de la contradiction dans vos articles.
Vous nous parliez même à un moment de Kelly formula et de l'intérêt d'une allocation d'actif offensive (80%-20%) lorsque le upside était plus important que le downside.

Or, ce fameux downside, c'était l'éclatement de la bulle monétaire et ça, je suis désolé, vous n'en parlez qu'aujourd'hui en nous expliquant qu'il fallait rester sur des produits sans risque et de l'obligataire ! Première nouvelle. Je rejoins aussi MICHELN quand il s'interroge sur la l'absence de risque des assurances vie.

Par ailleurs, je reste convaincu qu'un placement sur l'obligataire est risqué, et même hautement. Donc en termes de protection de capital, permettez-moi de douter.

Sur l'immobilier, vous avez absolument raison pour la France, j'en suis moins convaincu pour les US (même si d'un état à l'autre le bottom out n'est pas encore acquis).

Concernant la crise, on peut effectivement dire qu'elle est profonde, on peut aussi dire qu'elle est arrivée brutalement. Cela étant dit, ce qui m'étonne le plus, c'est que tout le monde réagit comme si elle n'avait pas été prévisible !!
C'est pourquoi j'ai moi aussi préféré rester cash s/ 2008 et commencer à rentrer en octobre sur des titres à faible béta et à bon rendement en dividende. Mais bon, je suis qd même en moins value latente (même si je fais mieux que le marché en 2008)

Plus globalement, concernant la valeur d'un actif, quel qu'il soit, vous avez raison, on peut dire que la valeur est déterminée par le montant sur lequel deux parties se mettent d'accord. C'est effectivement la loi de l'offre et de la demande, je vous l'accorde. Mais en même temps, on ne parle pas de marchandise ou de métaux précieux pour lesquels la demande est intrinsèque; on parle d'actifs financiers, donc de rendements, et là en revanche, je suis désolé, les prix ne se fixent pas uniquement sur la base d'une offre et d'une demande basée sur le besoin ou la convoitise, il se fixe sur la base d'une relation prix-rendement. Les prix sont bas aujourd'hui, car le marché anticipe une dégradation prolongée de l'économie et exige ainsi une prime de risque élevée.

Cela est parfaitement paradoxal, car non seulement le marché a déjà perdu près de 40% aujourd'hui avec un certain nombre de novelles déjà pricée (le marché est une discounting machine) mais ensuite parce qu' on considère que le risque est de zéro sur les dettes gouvernementales. Je pense que le marché va vite déchanter.

La base même de la spéculation, c'est de calculer une valeur financière dépouillée des émotions liées à la peur et à l'avidité et de savoir l'estimer sur des bases rationnelles (point fort de Warren Buffet justement). Sur ce point, la méthode d'évaluation de gordon shapiro est à la fois simple et fiable. Elle a toujours été fiable pour moi dans l'immobilier et en bourse. Elle s'appuie essentiellement sur la valorisation par le rendement (en terme de croissance et de prime de risque) et elle détecte parfaitement les décorrélations entre prix et rendements (ce qui fut le cas de l'immobilier en 98 et 2006, et ce qui fut le cas des marchés actions en 2000 sur l'internet.
La vraie question est alors, quelle taux retenir ?
En s'appuyant sur l'exemple du TED spread qui mesure l'écart de taux entre treasuries et taux entre banques, on obtient ainsi la rémunération du risque demandé par le marché. En septembre-octobre, le TED spread a atteint un niveau record, puis s'est rapidement dégonflé à mesure que les gouvernements et banques centrales injectaient des liquidités et apportaient des garanties. De fait, lorsqu'on regarde les marchés action, on s'aperçoit que le marché accepte une rémunération entre 0% et 3% pour les obligations d'état (alors que ces derniers deviennent de plus en plus risqués), et qu'il demande plus de 10% sur les actions.

Tout ceci m'amène à penser que le spread se réduira dès lors que la volatilité et la nervosité s'apaiseront. Les rendements demandés remonteront sur les oblig tandis qu'ils baisseront sur les actions. On reviendra alors dans un écart plus raisonnable de 3 à 5%. Ce qui a terme se traduira par une hausse des cours boursiers.

Cordialement,

@Fut bot,

J'avoue que vous me sidérez un peu !

1) Ca vous étonne que je baisse mes niveaux d'entrée sur AAPL en fonction du contexte et au fur et à mesure où on s'enfonce dans la crise ?

2) Oubliez la théorie du rendement, le prix court terme est in fine essentiellement lié à l'offre et à la demande. Le bon investisseur (ie Warren), sait en effet voir que la demande est si basse qu'il y a une opportunité à saisir.

Petite précision @futbot, mon assurance vie, principalement investir dans des obligations d'Etat, est donc exposée à 2 risques seulement :

- Faillite de l'Etat Français
- Faillite de la SG

A part ces 2 risques, performance minimum garantie de 4% en 2009

En bref, ce n'est pas du 100% garanti, mais à l'heure actuelle les risque sont exremement limitée.

Un petit update de cette file 2 mois 1/2 plus tard :

-La prévision de Merill d'un baril entre 40 et 45$ max est déjà invalidée.
-Le cours d'aapl a cloturé à pratiquement 116$.

Certes une hirondelle ne fait pas le printemps, mais encore une fois, je pense qu'il faut savoir se détacher du marché (et des conseilleurs) pour pratiquer une évaluation indépendante.

Comme je vous l'avais suggéré, AApl et le crude ont rebondi. Le baril est à plus de 52$ hier et devrait finir l'année proche de 70$.

Quant à aapl, votre dernier post suggérait un point d'entrée sous 70$... ce qui avait suscité une nouvelle réaction de ma part... Je ne vous ai décidément pas compris sur ce coup là.
En ce qui me concerne, j'ai massivement swappé mon portefeuille d' AT&T en décembre sur aapl à 86$. J'ai ensuite reswappé 20% sur DXO (ETN double long crude oil).
Je suis sorti hier et j'attends maintenant un pull back pour revenir.

En ce qui concerne les obligations (treasuries) là aussi Merill s'est trompé, car le cours des 20 ans + est tombé de 11% depuis la mi-janvier et de 16% depuis décembre (et encore, il faut préciser que le cours des oblig est actuellement artificiellement soutenu par la FEd qui rachète les tbonds pour maintenir la pression sur les taux longs).

Cependant cela ne durera pas éternellement, et in fine, les Tbonds vont continuer de baisser (avec la remontée des taux).

Voilà, je ne tiens pas à être revanchard, mais votre blog est ouvertement orienté sur les idées et l'échange, je fais partie de l'un de vos rares contradicteurs (ce qui ne m'empêche pas d'approuver nombre de vos articles que je trouve intéressant).
Cordialement.

Yann,

J'accueille toute contestation intelligente et étayée, ce qui est le cas de la vôtre !

A chacun sa sensibilité, sa connaissance des choses, son opinion...et son droit à ne pas être infaillible.

En me mettant un point d'entrée AAPL à 70$, j'ai été très voire trop prudent, bon, so what ? J'ai perdu une opportunité, voila tout, et il y en a des milliers sur le marché.

Il est compréhensible voire courant d'avoir un avis différent sur une action. Les analystes passent leur temps à émettre des upgrades comme des downgrades en même temps, reflettant des opinions différentes.

No big deal.

En parallèle, sur 2009, je suis positif de +16% environ sur mon portefeuille américain, soit 25 points de plus que le Dow. Donc, si je n'ai pas placé sur AAPL, je l'ai fait sur d'autres actions qui m'ont finalement aussi rapporté. Donc, re, l'opportunité perdue AAPL est vraiment un no big deal, mais si vous voulez que je vous dise que vous avez eu raison sur ce coup la, je le fais volontiers, aucun ego la dessus.

Et, re, en ce qui me concerne, je ne m'en voudrais jamais d'avoir été conservateur et prudent, question de philosophie.

Je suis maintenant moi aussi très cash (toujours ma prudence), attendant un pull back inévitable pour revenir...et peut être un gros retrait d'AAPL, on verra !

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories