My Photo

September 2019

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Marchés Boursiers : Prudence ! | Main | 2008 : Année Constratée pour les Constructeurs Automobiles du Segment Sport & Luxe ! »

March 24, 2009

Comments

Le problème c'est qu'il y a, il me semble, consaguinité entre les différentes parties prenantes à ce niveau. Trouve-t-on réellement un administrateur autonome, qui n'a pas fait la même grande école, n'a pas un lien de parenté, une collusion politique avec les patrons dont il doit assurer la rémunération et valider la stratégie ?
Quelle personne sensée ira dire, que le montant des jetons de présence est disproportionnée par rapport à la valeur apportée à l'entreprise ?

un pdg d'un groupe est, en général, au conseil d'administration d'autres groupes. Ce système induit le fait qu'un petit cercle d'initié négocie entre eux de grosses rémunérations.
Les patrons sont donc responsables.

Personnellement Warren B. et Steve S., sont pour moi des vrais entrepreneurs, à un moment de leur vie ils ont parié leurs propres billes... la notion de risque est totalement différente.
Mais c'est clair qu'on devrait penser à une réforme des boards pour éviter les "copinages", il faudrait éventuellement permettre une représentation des actionnaires minoritaires.

La question est malheureusement récurrente et le législateur modifie la loi tout les 2-3 ans au gré de l’émotion publique. La vrai question est celle de la pertinence d’un complément de rémunération du dirigeant au moment de son départ (golden parachute). Alors que la prime d’arrivée (golden hello) est parfaitement souhaitable afin que la société puisse attirer des compétences professionnelles autant la prime de départ est sans justification. A ce titre, les anglo-saxons reviennent sur ce principe et sont désormais critiques sur les golden parachutes. Dans les sociétés en difficulté, la situation devient même très problématique car la conséquence de payer un parachute très élevé devient un frein à la révocation du dirigeant dont la gestion est pourtant critiquée. Il faut mieux alors refuser de payer quitte à aller devant les tribunaux …

Bonjour,

suite a l'article http://micheldeguilhermier.typepad.com/mdegblog/2009/03/les-fondamentaux-du-commerce-.html
avez vous reçu mon email sur votre boite @orange.fr

merci

Des problèmes de riches...

Je ne sais pas à partir de quel niveaux de rémunération il est difficile de garder les pieds sur terre ? Je suppose que cela depend des individus en question...
Mais comment conserver de telles rémunérations quand les pertes s'accumulent ? Cela devient du domaine de l'éthique et du "bon sens"...Je ne demande ce qu'il peut se passer dans la tête d'un tel "patron" quand il voit les chiffres...

les stocks options incitent également les dirigeants à prendre un maximum de risques pour jouer la montée des cours quitte à jouer le court / moyen terme et si cela ne fonctionne il ne reste plus qu'à partir avec son golden parachute, sans actionner les SO.

1000 % d'accord avec ta conclusion ! Les USA ont des valeurs à nous apprendre !!

Peut etre qu'au lieu de legiferer ou de décreter (en l'occurence) sur des niveaux de taxes, bonus ou de salaires "décents", il serait plus adéquat de mettre de l'ordre (moral et financier)dans l'organisation et la nomination des membres des conseils d'administration...
D'autre part, les stocks options tant décriées sont un excellent moyen pour les start up par exemple d'attirer des jeunes cadres ou ingénieurs.

Sans rentrer dans le débat et dans un autre registre, un autre exemple ici a New York d'un ex-entrepreneur devenu maire de sa ville pour $1: Bloomberg.

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories