My Photo

June 2019

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Pour Célébrer Window 7 ! | Main | 7.11.2009. Enfin ! »

October 24, 2009

Comments

Très belle analyse comme à ton habitude.
A quand la chair Amazon à HEC??? :)

Une démarche effectivement vertueuse

Tres bon Michel comme toujours !

Le raisonnement "long terme et patience" n'est en effet pas celui qui est retenu suffisamment dans les entreprises que je peux voir évoluer aujourd'hui.
On préfère souvent le profit rapide et facile, ce qui amène parfois a des résultats moyens et long termes déplorables sur l'image et/ou la relation client.
On peut aisément perdre la confiance de clients satisfaits et s'en mordre les doigts ensuite, il faut donc agir avec parcimonie et une vision centrée client.

Bonjour

C'est marrant car cet article donne exactement une liste des erreurs commises par l'un des concurrent français d'Amazon.

Alors qu'a une époque il offrait un service digne de ce leader et offrait une véritable valeur ajoutée à une offre pas trop mal placée question prix (sans être un discounter). Ce commerçant s'est mis à penser plus en terme de réduction de coût qu'en terme de garanties, services ou écoute du client.

Bon c'est vrai que ces erreurs ont plus été commises par le fait que le "retail" physique de cette enseigne battait de l'aile alors qu'internet était l'activité salvatrice de ce distributeur (aujourd'hui encore... même du groupe).

La réduction de voilure des magasins a été accompagné également d'une réduction de coût pour les services de la boutique internet. Celle-ci s'appuyant pas mal sur la logistique du physique.

Pour la clientèle internet de cette enseigne la réduction de qualité de ce service a été clairement perçue. Elle a, sans aucun doute, poussé une partie de la clientèle vers les discounter (a service égal il vaut mieux payer moins cher) ou peut-être vers Amazon.fr pour ceux qui étaient attachés a cette écoute de la clientèle.

Pourtant, bien installé sur le territoire français alors qu'amazon ne vendait qu'aux Etats Unis ou à la limite en Angleterre. Appuyé par le fait que malgré son affiliation aux commerces physiques la boutique internet a pu se conduire (presque) comme un pur player internet. Cette entreprise était vraiment bien partie pour arriver à démontrer a Amazon que "l'exception française" est parfois une réalité.

Mais aujourd'hui malgré une position au top 15 meilleure que celle d'Amazon on sait que ce n'est qu'une question de temps avant que le classement s'inverse (Je pense qu'en fait Amazon est largement en tête question profitabilité. Le top 15 ne parle que de nombre de visites).

Note : Comme je n'aime pas dire du mal d'une entreprise je garderais pour moi le nom de cette enseigne mais ceux qui suivent aurons bien compris de qui je parle.

Bonne analyse. Cependant, le client n'a de réelle valeur que si il recommande souvent...C'est le cas d'amazon, ce n'est pas le cas de tous les ecommerce, et là ce n'est plus pertinent...(cf tes derniers post).

Bonjour Michel,
Que pense tu de l'application iphone d'Amazon? Le m- commerce étant potentiellement un relais de croissance.

Suis en vacances sur mon iPhone donc je vais être bref.

Le m-commerce a un grand avenir, mais pour l'instant en Europe et aux US c'est moins que peanuts (<<1%) mais Au Japon c'est 25%.

Ceci etant, j'ai deja achete 2 fois sur Amazon depuis mon iPhone, depuis un rayon Fnac qui m'avait donne des idées !

C'est ce que fait Free avec son offre : toujours plus pour le même prix.
A comparer avec NOOS...

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories