My Photo

February 2020

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29  

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Le Bon Sens Paysan de Gérard Mulliez ! | Main | Clip des Jeunes UMP : Niais et Mièvre ! »

December 11, 2009

Comments

Bonjour !

Trop souvent et peut être parce que cela concerne le web, j'ai vu des entreprises se tourner vers le e-commerce pour développer un nouveau canal de distribution sans penser à qualifier et bâtir un avantage concurrentiel.

Donc merci pour ton billet qui permet d'insister sur cette nécessité.

Créer sa marque, créer ses gammes de produits et les fabriquer (savonnerie près des lieux de production de matières premières).
Passer à un "process" de fabrication semi industriel avec une qualité fait main.
Ces points sont-ils un avantage concurrentiel pour vous ?
Bon week-end aussi...

Franchement, je ne sais pas mais je dirais qu'a priori ces attributs ne sont pas vraiment des "valeurs" pour les clients, ou alors peut-être pour une très petite minorité.

Le "fait main" n'est pas pour moi un vrai avantage en soi mais le devient si la main peut réaliser des choses que les machines ne peuvent pas. Est-ce le cas dans le savon ?

le "proche" des lieux de production : quelle en serait la valeur pour le client ?

"le "proche" des lieux de production : quelle en serait la valeur pour le client ?"

: Le prix final client, mais aussi et surtout le prix de vente aux professionnels, les acteurs de ce marché ne peuvent pas vendre au gros réseau de distribution car leur prix de revient est trop élevé et leur marge trop petite.

Bonjour Michel !
Une bonne piqure de rappel (s'il en est besoin) que cet article sur les fondamentaux...

En même temps une phrase comme "Amis entrepreneurs, ça ne sert à rien de vous lancer si vous n'avez pas d'avantage concurrentiel, vous perdez votre temps,..." me gêne un peu car très réductrice ou trop générale : cela dépend quand même un peu du type de business monté, des produits et des clients visés, non ?

On peut difficilement comparer un e-commerce de détail dans les accessoires de cuisine hight-tech ou de la vente de voyages haut de gamme destinés plutôt aux CSP++, avec un site de vente de produits Bio "tous consommateurs" ou d'assistance informatique aux particuliers...
Peut être le mot "entrepreneur" prend-il plusieurs sens, selon le business model, les fonds engagés et les perspectives visées...

Je trouve qu'il est en tout cas délicat de tout mettre en chiffre (-10% par ici pour +30% par là), cela est valable dans la volumétrie, rarement dans le business qualitatif, qu'en pensez-vous ? (qu'en penses-tu ? je ne sais jamais si le tutoiement est de rigueur ou pas..., même après avoir posté plusieurs comments).

Oliv' from Energy Trip.

Oliv', m'as tu vraiment lu ?

Conseiller de se lancer avec un avantage concurrentiel clairement identifié est un conseil de bon sens totalement indépendant du business et du segment visé.

Pour les -10% ou +30%, c'est évidemment schématique.

@Franck, si en étant proche tu peux réduire tes coûts et donc le prix (qui est toujours un attribut de valeur important) et donc tu gagnerais un avantage concurrentiel avec ça, oui, évidemment.

Michel, j'avais bien lu, peut être me suis-je mal exprimé : l'approche "avantage concurrentiel" vaut surtout pour un secteur où il y a beaucoup de concurrence...

Certains secteurs (dont le luxe ou le haut de gamme) repose à mon sens moins sur ces avantages (Prix, Choix, Rapidité de livraison, Disponibilité) même s'ils font forcément partie de la photo car un produit à vendre reste un produit, que sur le Service Client (et d'autres choses plus subjectives comme la Qualité), ...

L'attente du client n'est pas la même, le positionnement de l'entreprise (web ou non) non plus.

Oliv' from Energy Trip.

Non non, je persiste et signe.

Il faut 1) chercher les attributs de valeur pour les clients, c'est -à-dire ce qui a de l'importance pour eux, ce qu'ils valorisent (different en effet selon les produits et les secteurs, ceux que j'ai donnes ne sont pas exhautifs), et 2) chercher a avoir un avantage concurrentiel majeur et pérenne dessus.

Bonjour à tous,

Je me permets de livrer mes réflexions sur l'offre d'AF en 380.

1. L'offre produits est-elle basée sur la fréquence de desserte ?
Sur le segment affaires, point à point (départ Paris), peut-être.
Sur le segment loisirs, point à point, l'horaire de départ n'est pas un critère décisif (sur un long-courrier en tout cas).
Sur le segment correspondances, l'offre consiste à assurer une connexion fluide sans perdre trop de temps à l'escale.

2. Il me semble qu'Air France mise son produit long-courrier sur la sérénité et le plaisir du voyage.

Si je ne me trompe pas sur ce point, l'apport d'un nouvel avion augmente l'offre : confort dernière génération, plaisir de monter à bord du dernier avion, derniers gadgets ...

C'est pourquoi, je ne suis pas certain que l'offre produit soit détériorée.
Avec un bémol, pour le segment affaires, point à point : celui-ci est réputé pourtant être plus rentable.

Il y avait d'ailleurs un accord commercial entre Continental et Air France, mais qui vient d'etre dénoncé par CO.

Message ouvert à tout commentaires, critiques et autres réflexions.

Wrong sur 2 points my sir : sur l'analyse de valeur et sur le process même.

Sur l'analyse de valeur, quand je me fais un week-end New York de 3 jours en "loisir" arriver à 14h downtown vs 18h revêt une importance capitale, c'est une demie journée en plus de "vie" sur 3 jours.

Par ailleurs, faire Newark-Manhattan à midi ou à 16h, ce n'est pas pareil en terme d'embouteillages !

L'offre produit s'est donc bien détériorée en ce qui me concerne. Mais je ne suis qu'un client parmi d'autres et si l'attribut de valeur essentiel pour moi reste l'horaire de départ, ce n'est pas forcément le cas de tous le monde.

Sur le process, tu ne peux pas asséner des "Sur le segment loisirs, point à point, l'horaire de départ n'est pas un critère décisif (sur un long-courrier en tout cas)", sauf à vouloir régir les besoins de tes clients, attitude risquée s'il en est.

La question serait plutôt "combien il y a sur le segment loisir de personnes que cela gêne de ne plus avoir de vol Paris-New York à 11h" ?

Et si tu veux mon avis back-upé par des data : il doit y en avoir suffisamment puisque régulièrement le vol Continental du samedi matin de 9h55 (que je prends de préférence) vaut plus cher que celui de 12h45, preuve que cet horaire a de la valeur pour un nombre non négligeable de clients "loisir" (on est un samedi).

Dans la même veine, le vol de retour de 22h a plus de succès que celui de 18h car il permet de profiter plus amplement de sa dernière journée, ainsi que d'arriver à Paris après le rush du matin.

Voila my friend, du vécu client qui drive mes attributs de valeur.

Très juste.

Quid de l'augmentation de valeur de l'arrivée d'une nouvelle machine ?

Encore dans les choux ou c'est cohérent ?

La nouveauté est clairement un attribut de valeur, mais mon intuition est qu'il est relativement minoritaire vs les autres attributs tels que horaire, largeur des sièges et profondeur, enregistrement rapide voire prioritaire, etc.

Maintenant, mon intuition n'a aucune importance, ce qu'il faut c'est comprendre l'ensemble des besoins clients dans leur transversalité et leur unicité.

Très bon article comme très souvent. Question pratique Michel, quel est l'avantage concurrentiel qui t'as convaincu d'investir fortement dans Plus-de-bulles ?

Bsr Philippe,

2 éléments majeurs :

- Une équipe de passionnés champenois, localisés en Champagne, près des maisons et des vignerons indépendants. Elément clé pour sourcer et négocier, parfois des exclusivités (ie Diebolt Vallois).

- Equipe low cost, on peut se contenter de petites marges car les coûts fixes sont très faibles.

Voila, maintenant ce n'est pas un projet qui montera à 10M€ non plus. Le but est de devenir le meilleur spécialiste du champagne et de servir une clientèle de quelques milliers de passionnés.

Ciao Michel...Sounds good for me...investir dans un produit qu'on aime, qu'on consomme et qu'on a en vie de découvrir encore...veinard va !
Je pense que l'équipe de passionnés a fait une belle affaire aussi avec toi.
Btw Je vais finir par le tester ce fameux Dielbolt !

Je vous propose d'essayer aussi un super : Aubry et son Nombre d'Or...un cuvée des 7 cépages qu'on trouve en champagne : excellent ...si tu es interessé par un contact...let me know

Bonne soirée


Ah, le nombre d'or, il m'a toujours fasciné ! a+b/b = a/b, mais le rapport avec le Champagne de 1,618 ?

Pour le Diebolt, le Prestige est déja très bien, et le Fleur de Passion est à prendre dans les grandes occasions !

Je confirme pour le Prestige de Diebolt-Vallois... excellent. Un seul défaut, il faut en commander plusieurs cartons afin de ne pas être à cours au bout de 6 mois (et pourtant je ne bois pas souvent, mais toujours avec plusieurs amis amateurs donc...).

Merci Michel en tout cas pour nous avoir fait passer cette info...

Pour ma part, si vous avez besoin de quelques bonnes adresses en Bourgogne, n'hésitez pas... à commencer par mon ami Jacqueson, y'en a-t-il qui connaisse ?

Oliv' from Energy Trip

Buvons, buvons ! Mais idéalement, passez par www.plus-de-bulles.com !!

Bonjour Michel,

Excellent article. Tout est dit, Bravo!
En revanche, toi qui parle beaucoup de valeur clients, je trouve ton site tres sympa mais en terme de recherche, on peut mieux faire! J'imagine une scene entre un vendeur et un amoureux du champagne dans un magasin. Ton moteur de recherche devrait se comporter comme un fin connaisseur en la matiere et proposer des articles reliés, comprendre le langage naturel...

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories