My Photo

December 2021

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Follow-up Atelier Entrepreneurs et Session Spécifique "Financement & Levée de Fonds" ! | Main | Be Greedy when Others Are Fearful ! »

June 01, 2010

Comments

Bonjour Michel,

Post très intéressant et très bien argumenté!
Je dirais même qu'il y a une redondance dans le terme social commerce puisque le commerce est, par nature, social car implicant différentes entitées / personnes.

Pour les Apple store, je ne peux qu'être d'accord au regard de mon expérience familiale: Après avoir mis un macbook dans les mains de mes parents, ils ont maintenant acheté d'autres produits de la marque pour eux-mêmes et leurs entourages. La raison? Tout simplement l'existence du genius bar où mon père peut passer lorsqu'il rencontre un souci...

Etant déjà un très grand fan des différents livres de Seth, ce "vendre l'invisible" m'intrigue et va très bientôt finir dans mon salon!

Personnellement je recommanderais également "blue ocean strategy", une référence.

Très bon article.

Bonjour Michel,
Je suis d'accord à 100% avec ce billet. Toute solution qui apporte de l'humanité au e-commerce va apporter le plus appréciable qui manque vs la boutique classique, j'avais en son temps relayé sur mon blog l'expérience Ril shopping dans Second Life : le e-commerce en univers immersif, avec en plus l'utilisation d'un agent conversationnel en live pour aider à utliliser second life...
Je sui aussi une adepte de la vache pourpre de Seth Godin et de quelques autres de ses ouvrages. Je suis d'ailleurs en train de réfléchir à "ma vache pourpre" pour mon futur projet...et tes propos sur la différentiation de l'offre nourissent ma réflexion, me recadrent vers le bon chemin de la rentabilité !

Quand Google Traduction va proposer une version "Michel de Guilhermier" ?


Si Amazon est imbattable sur de nombreux points, les "petits" e-commerçants peuvent miser sur la proximité par la séduction du consommateur.

En matiere de traduction, c'est pas tout a fait ce que j'ai dit !

Qq chose comme "...miser sur la seduction par la proximite consommateur" (donc l'inverse de ce que tu dis) serait a la limite plus proche...

Car Amazon aussi seduit, mais pour d'autres raisons !

Je parle surtout de ton et d'image specifique...

Un bonjour d'un fidèle du jeu du dimanche chez Photoways ;=)


La différenciation par l'offre n'est pas suffisante... Ca c'est pour Adrien et moi je crois! Merci pour tes conseils Michel, ton post a déclenché un débat de 2 heures durant notre réunion sur le projet. Le "moat" ne pourra effectivement jamais se résumer à cela, et heureusement nous avons d'autres idées en stock.

Bonjour Laurent, ça me fait plaisir ;-)

Chaque marque est en compétion pour capter l'attention du consommateur dont le temps n'est pas extensible. Des marques citées, seule Amazon vous fait gagner du temps, les autres vous en font perdre sauf à considérer l'acte d'achat comme une forme de loisir à part entière ?

@Michel

J'avais repéré l'article sur Techcrunch en me disant que les gens qui l'ont écrit n'ont jamais dû faire d'e-commerce ou que c'étaient des agences là pour vendre du concept en attaquant frontalement le leader (certitude d'avoir du retweet).

Je pense comme Antoine qu'il y a répétition entre commerce et social, il y a forcément relation avec le marchand (satisfaction maximum à chaque fois que j'ai eu affaire au service client Amazon) et avec les autres acheteurs (merci à tous les autres fans de lecture SF de me faire découvrir et aimer de nouveaux auteurs grâce aux avis déposés). Comme j'ai écrit un livre, j'ai aussi pu tester la relation "marque" et commerçant. Amazon a mis à jour des informations erronées en 12h là où j'ai dû faire marcher des relations chez d'autres libraires en ligne.

A mon avis, commerce social désigne tout de même quelque chose de particulier sur le net, il y a l'offre bien sûr, la façon dont elle est présenté (le ton, les valeurs transmises), et la façon dont l'offre est diffusée : bouche à oreille, blog, réseaux sociaux.

Cette dernière partie, est le social commerce sur internet, pour une boutique normal, ce sera son emplacement, et ses outils de com, incluant internet.

Enfin, pour continuer dans la critique d'Amazon, Amazon ne propose pas d'offre commerciale très pointue, il a tout, mais par exemple, ne propose pas de pack ou de conseil. On ne peut pas les appeler pour être conseillé sur les produits etc...

Donc oui, il y a de la place à prendre, avec les outils que nous offres le web aujourd'hui et c'est ça finalement la vrai nouveauté.

Sauf que le vrai business d'Amazon est de capitaliser sur le cash. C'est un modèle vraiment différent du e-commerce "traditionnel".
J'en parle dans un billet récent
http://www.laurentbourrelly.com/blog/698.php

Au fait, tu as vu l'Aston de James Bond qui est à vendre ?
http://www.rmauctions.com/FeatureCars.cfm?SaleCode=LF10

Salut Laurent (avec bcp de retard, la semaine fut intense !), oui, j'ai repéré, on en attend 3,5M€ je crois ! De la folie !

The comments to this entry are closed.

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories