My Photo

October 2021

Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Categories

Blog powered by Typepad

Google

« Covid : Vivement le Vaccin, Seule Solution ! | Main | Sorry Zuck, this is YOUR Problem, not Apple's ! »

December 15, 2020

Comments

Je vois deux manques à ton argumentaire :

- 1 : Tesla n'est pas qu'un constructeur automobile. Sa maîtrise de l'IT en général, de la FSD en particulier + la mise en place d'un éco-système complet autour de l'énergie et des transport la place bien au dessus des constructeurs classiques.
D'où la différence de valorisation.

- 2 : Nous entrons dans une ère de l'usage. On loue notre voiture plutôt que l'acheter (LLD / LOA), ce qui va changer la donne => plus de revente nécessaire.

Excellente analyse comme d'habitude :)

Un aspect (niche) de cette transition, réside peut-être dans le rétro-fit de véhicules thermiques. La valeur résiduelle de celle-ci étant amenée à chuter, quid de l'impact d'un retro-fit de véhicule dont la valeur actuelle est potentiellement de 0 mais qui pourraient être adaptée au marché de l'électrique...!

Hello Stéphane, pour le 1er point, si si, c'est ce que je mets quelque part en disant que leur maitrise de l'électrique et du logiciel leur permet d'aller sur d'autres marchés !

Concernant le 2ieme point, oui on entre dans une ère d'usage, c'est un facteur qui va atténuer, mais d'une part il y a tout de même encore 7M de ventes de véhicules par an (2M neuf, 5M occasion), et d'autre part, quand bien même la décôte serait portée par autrui, elle existe bien...

Merci Antoine, le retrofit est en effet une solution, mais je pense que ça devrait rester une niche tout de même

Je n'y crois personnellement pas du tout au véhicule électrique pour plusieurs raisons :

- La pénurie de métaux rares nécessaires à la fabrication des batteries explique le coût élevé des véhicules électriques comparativement aux véhicules thermiques, alors que cette pénurie de métaux est exponentielle.

- Un véhicule électrique consomme plus d'essence qu'un véhicule à essence, car pour produire de l'électricité il faut des centrales thermiques. Aussi le véhicule électrique est promu par la filière nucléaire, notamment en France, le véhicule électrique tout comme le chauffage électrique des bâtiments étant la seule porte de sortie pour justifier la construction de nouvelles centrales atomiques, avec un habillage écolo par dessus.
Donc, il y a des déperditions lorsqu'on transforme du pétrole ou du gaz dans une centrale électrique pour produire de l'électricité, ce qui fait qu'un véhicule électrique consomme plus d'essence qu'un véhicule à essence.

- Les véhicules hybrides consomment plus de carburant en cycle urbain que les véhicules à essence, à cause du poids des batteries. Le véhicule hybride n'est rentable que pour un usage autoroutier. Produire des citadines hybrides est donc un non sens économique et les clients finiront par le comprendre, à moins que le politique ne veuille encore y mettre son grain de sel.

- Un véhicule électrique peut rouler 1 million de kilomètres sans panne. Il n'y a donc plus de repeat business dans ce domaine et tout l'après-vente des garages auto serait condamné, ce qui n'est pas l'intérêt des constructeurs.

En un mot, tout cela c'est de la politique et de l'idéologie écolo au service du nucléaire.

Après Chernobyl et Fukushima..

Alors Alexandre, reprenons point par point :

- La pénurie de métaux rares nécessaires à la fabrication des batteries explique le coût élevé des véhicules électriques comparativement aux véhicules thermiques, alors que cette pénurie de métaux est exponentielle.

==> 1) le coût des batteries diminue de 15% par an à iso puissance. Certes c'est pas la loi de moore, mais ce n'est clairement pas le signe d'une pénurie exponentielle 2) Les recherches se portent sur des batteries utilisant des métaux moins rares (et moins dépendant de la Chine)

- Un véhicule électrique consomme plus d'essence qu'un véhicule à essence, car pour produire de l'électricité il faut des centrales thermiques. Aussi le véhicule électrique est promu par la filière nucléaire, notamment en France, le véhicule électrique tout comme le chauffage électrique des bâtiments étant la seule porte de sortie pour justifier la construction de nouvelles centrales atomiques, avec un habillage écolo par dessus.
Donc, il y a des déperditions lorsqu'on transforme du pétrole ou du gaz dans une centrale électrique pour produire de l'électricité, ce qui fait qu'un véhicule électrique consomme plus d'essence qu'un véhicule à essence.

==> J'aimerais bien savoir où vous avez lu cela !

- Les véhicules hybrides consomment plus de carburant en cycle urbain que les véhicules à essence, à cause du poids des batteries.

==> Non, un hybride consomme plus sur route autoroute, du fait en effet du poids, mais pas en ville où ils sont en électrique. Par ailleurs, j'évoque dans le post les VE, pas les véhicules hybrides.

Le véhicule hybride n'est rentable que pour un usage autoroutier.

==> Re non, regardez encore les chiffres de consommation, c'est le contraire.

Produire des citadines hybrides est donc un non sens économique et les clients finiront par le comprendre, à moins que le politique ne veuille encore y mettre son grain de sel.

==> Oui, il vaut mieux du 100% électrique en ville

- Un véhicule électrique peut rouler 1 million de kilomètres sans panne. Il n'y a donc plus de repeat business dans ce domaine et tout l'après-vente des garages auto serait condamné, ce qui n'est pas l'intérêt des constructeurs.

==> Oui, on est bien d'accord, mais j'expose justement que les constructeurs traditionnels, du fait de leur "legacy" vont avoir de gros problèmes face à tous les nouveaux qui eux n'ont pas à gérer et composer avec l'existant .

En un mot, tout cela c'est de la politique et de l'idéologie écolo au service du nucléaire.

Après Chernobyl et Fukushima..


==> je ne suis pas spécialement ecolo, juste pragmatique !

Bonjour Michel,
J’ai sauté sur le lien quand j’ai vu sur Twitter qu’il y avait un nouvel article sur mon sujet préféré ;)
Toujours une très belle analyse, que je partage sans réserve !
Où plutôt si : les constructeurs traditionnels ont des chaînes de production importantes certes, mais bien différentes de celles de Tesla ou de tous constructeurs de véhicules 100% électrique qui se respecte ! Aussi, je les vois plutôt disparaître (pour partie) plutôt que de se foxconiser : leur outil de production « à l’ancienne » intéressera t il un Apple ? Rien n’est moins sûr ... Tesla en revanche investi lourdement dans ses gigafactory et elon musk l’a dit : tout le monde parviendra à fabriquer des véhicules électriques et autonomes à terme, celui qui gagnera la partie sera celui qui produira le mieux : la machine qui produit la machine selon ses dires.
Donc si Apple cherche un bon outil de production électrique, je ne serai pas surpris qu’ils choisissent Tesla (si ces derniers parviennent à produire suffisamment pour les besoins forcément colossaux de la Pomme), tesla ayant toujours dit qu’ils sont ouverts à tous types de partenariats ... la question serait plutôt de savoir si Apple aurait l’envie de confier cette production à une entreprise si jeune finalement ?
Reste la question des points de charge pour laquelle je ne parviens toujours pas à entrevoir qui raflera la mise : qui va les développer ? Les constructeurs traditionnels me semblent déjà out (a voir ce que peut proposer ionity ?), les producteurs d’énergie type EDF ? Réseau made by Apple (bonne probabilité, ils ont les moyens et comme tesla ça serait un énorme avantage concurrentiel), reste total qui a de grosses ambitions et pourrait faire le job ? A moins que la surprise ne vienne d’un autre acteur, pure player encore inconnu ?
Je trouve ça passionnant de voir qu’un marché aussi immense et essentiel qu’est l’automobile (le transport en général) soit disrupté dans les années à venir, toutes les cartes vont être redistribuées, et je partage, je pense que les Big Tech et Tesla prendront une énorme part de gâteau !
Merci pour vos analyses, les échanges avec vous doivent être passionnants !

Food for mind : Tesla Model 3 retains almost 90% of its value over 3 years, study shows
https://electrek.co/2020/07/16/tesla-model-3-retains-90-percent-value-3-years-study/

"Qui, en 2024 par exemple, va en effet vouloir acheter une belle voiture à 30K€, s'il extrapole qu'elle ne vaudra plus que 10K€ 3 ans plus tard car le marché aura totalement changé et que très peu de personnes ne voudront un véhicule thermique en 2027 ou 2028 !"

En France, environ 50% des véhicules viennent du B2B (src: https://pro.largus.fr/actualites/marche-auto-le-canal-des-particuliers-souffre-les-societes-au-top-10206393.html).
Avec un amortissement sur 4-5 ans, ou avec une location longue durée, la prise de risque est très faible => compte tenu des contraintes actuelles qui pèsent sur l'électrique, le thermique l'emporte.

## Quelques chiffres pour alimenter le débat

# Infrastructure
- Nous sommes au 1/3 du nombre de points de recharge *publics* prévu il y a 8-9 ans.

"Selon l’Avere (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique), on compte 29 800 points de recharge publics en France (en hausse de 13 % en un an)."

(src: 2011: https://www.actu-environnement.com/ae/news/livre-vert-recharges-voitures-electriques-collectivites-louis-negre-12454.php4

2020: https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2020/09/17/recharge-des-vehicules-electriques-l-enjeu-des-7-millions-de-bornes_6052620_4497319.html )

- Bornes privées
On parle de 200K privées + public
En sachant qu'il y a ~30K de public, on compte probablement environ 170K bornes privées. (src: lien le monde ci-dessus)

# Prix
- Prix de la recharge
"il existe un vrai manque de cohérence dans la politique de prix des réseaux. Résultat, pour une Renault Zoe équipée d’une batterie de 52 kWh qui aura été rechargée de 10 à 80 %, le coût peut varier de 12… à 28 euros. A tel point que dans certains cas, le prix de revient au kilomètre peut être supérieur à un véhicule essence ou diesel." (src: lemonde ci-dessus)

C'était l'argument non sociétal clé.

En sachant que la demande d'électricité sera croissante, et que l'offre d'électricité "garantie" va très probablement se raréfier à court-moyen termes (ou sera hyper taxée car utilisation d'énergie fossile quand les retenues d'eau ne peuvent plus suivre), il est très probable que le prix de l'électricité augmente.

En //, le prix des énergies fossiles augmenteront probablement moins vite (offre toujours très très élevée pour les X prochaines décennies)
=> Le facteur consommation au km ne jouera plus.


- Décote
Avec une fonction d'utilité décroissante liée à la perte de capacité de la batterie, la décote globale du véhicule électrique sera probablement élevée.

- Entretien
Il restera toujours des entretiens: freins, disques, suspensions, amortisseurs, optiques à 3000€ etc etc; le bloc moteur & la boite sont rarement le maillon faible, même > 300 000km).
Par ailleurs, + d'électronique = + d'expertise de pointe = prix + élevé ET plus forte dépendance / réseau constructeur.

Bref, en raisonnant à l'échelle de la France, il reste encore un peu de chemin avant d'arriver aux 1450.000 de VE en 2023 ;)

@Louis, et oui, la décote d'un véhicule électrique est forcément moins forte.

@Benjamin, oui, l'infrastructure de recharge est bien actuellement le point (très) faible. Il va falloir décupler la capacité dans les 5 ans...

@Quentin :

Merci des inputs, mais je trouve pas mal de tes arguments contournables :

1) Les flottes d'entreprise passent de plus en plus à l'électrique quand il s'agit de déplacement urbain.

2) Décote : non, elle sera intrinsèquement moindre qu'un véhicule thermique.

3) Entretien : l'électronique suit la loi de Moore.

4) Prix : à voir le total cost of ownership : une voiture se dépréciant moins, entretien moins couteux, etc. Par ailleurs, au dela du prix il y a de plus en plus la conscience écologique et de l'environnement. S'il faut un fine (très éventuellement) un peu payer plus cher pour plus respecter la planète...

4 bis) Prix de l'électricité : ça c'est un grand débat, l'électricité c'est je pense comme le contenu Internet, ça peut être produit et distribué partout de façon individuelle. On va avoir une très très grosse révolution la dessus. Ca ne devrait pas militer par faire monter les prix. On sera je pense loin de la situation actuelle avec production sur quelques lieux + gros réseau de distribution lourd et couteux (aussi bien pour l'électricité que les énergies fossiles). La révolution de l'énergie va driver la révolution automobile.

5) Infrastructure : cf plus haut, oui on est très en retard et c'est bien aujourd'hui un problème majeur, mais il me semble parfaitement solutionnable.

@Michel:

1) essentiellement fonction de l'infrastructure disponible. cf lenteurs du développement du réseau de bornes depuis 10 ans pour se faire une idée de ce que sera la prochaine décennie.

2) durée de vie d'une batterie, données constructeurs: 8 à 10 ans. (ensuite 70% de capacité de charge, et probablement 50% en tentant compte des recommandations pour ne pas abimer la batterie par sur-charge et trop forte décharge)

4) Ok, l'entretien est probablement moins couteux.
Pas certain que la conscience écolo l'emporte face aux contraintes.
Egalement, électrique ne veut pas dire écolo pour ceux qui pourraient avoir une conscience écolo (production nucléaire & fossile).
En Allemagne, avec un cout du kilowatt X2 / France, il faut avoir de fortes convictions...(et il ne faut pas regarder l'orgine de l'électricité...).

4 bis) si l'on raisonne toujours à échéance 2023, rien de révolutionnaire d'annoncé ;)
Sauf enjeux économiques importants, la révolution prendra beaucoup beaucoup de temps.
Et si cette révolution énergétique doit driver la révolution automobile, ça commence à faire beaucoup de "si" imbriqués pour faire des projections ;)


5) Le problème d'infra est solutionnable, oui. Mais par qui, quand, à quel prix, avec quelles prises, quelle puissance, quel réseau derrière etc pour que cela permette une révolution de la demande de véhicule électrique ?
Il n'y avait pas de solution en 2010.
Il n'y en a pas eu au cours des 10 dernières années.
Le prochain président ne sera probablement pas (ré)élu à l'aide d'un programme basé sur un investissement massif dans les bornes pour véhicules életriques.
Ce n'est une priorité que pour une poignée de personnes... malheureusement.

##
Du vécu récemment et qui me fait douter quant au potentiel de l'électrique (tout au moins comme véhicule familial):

Un trajet qui devait se faire en moins de 4h et qui dure en fait plus de 6h et une bonne centaine de KM en plus, à cause d'une autoroute fermée à la dernière minute à cause d'une tempête.
Il fait un froid de canard (tempête...) et le chauffage de la voiture tourne non-stop (conso de watt élevée...).
Un enfant de - de 3 ans à nourrir.
Batteries de tel quasi-vides, des petites routes bloquées par la neige.
Pas de Airbnb (quasi lockdown & hors saison).
C'est évidemment un cas à la marge, mais pourtant bien réel.
Quid de tout cela avec un véhicule électrique ?
=> Stress X2 ou X3.


Bref, je me suis habitué à un certain confort, et sauf à me voir offrir une compensation significative, il est très peu probable que je downgrade. Force est de constater que je ne suis pas le seul: malgrè toutes les aides de l'Etat, la mayonnaise ne prend (quasiment) pas.

Hello Quentin,

Passionnant tout cela...

Construire un nouveau futur n'est jamais simple, et en effet il reste beaucoup d'inconnues. On parle plus de convictions ici que de certitudes absolues en fait.

Peut-être que tu as raison, peut-être que les freins actuels vont subsister, que le problème de la recharge ne sera jamais vraiment solutionné, mais qq chose en moi me dit que tout ça va évoluer dans le bon sens et qu'on apportera progressivement des réponses à tous tes points.

Il est clair que si on troque le thermique pour avoir moins de convénience et plus de stress, ça marchera pas. Je n'ai pas encore de voiture électrique pour cette raison (+ le prix très élevé).

Je me tape 20x par an des trajets Paris-Valmorel non stop en 5h30-6h environ avec ma vaillante DS Mazout qui peut faire 900km d'une seule trotte (impossible avec un moteur essence), et je n'ai aussi aucune envie de les faire en 9-10h avec 2 ou 3 arrêts de recharge pendant 45'...

Quand je me tape Paris-Valmo ou Valmo-Paris, c'est 1 arrêt pipi de 10' (voire 2 quand je suis avec la famille, les filles...), et ça doit être tout. Sauf pour mettre les chaines en hiver !

Voilà une analyse intéressante, qui provoque un débat passionnant que je n'avait jamais vu encore sur ce blog. Tant mieux!
Je rejoins et je m'apprêtais à faire des remarque similaires à celles de Quentin, en moins exhaustif. Je reprend les points du dernier commentaire:

1/ces dernières années, systématiquement, les objectifs de point de recharge électrique ne se sont jamais réalisés. La "construction administrative" du réseau électrique Français est très efficace en cas de tempête, mais plutôt lente et couteuse pour les raccordements classiques, en milieu rural (c'est dans ce milieu que je vis...en milieu urbain, aucune idée, l'initiative privée pourrais prendre une place si on lui laisse une liberté "administrative" je suppose, paperasse quand tu nous tiens...)

2/les innovations batterie et la recherche sont extrêmement féconds, y compris du coté de l'efficacité photovoltaïque, cependant, les ruptures tech à coût "scalable" nécessaires à la révolution batterie: -autonomie longue + recharge rapide + dégradation faible de la capacité sur la durée + matériaux abondants et bon marché- devraient arriver vers 2030.

3/ l'entretien: l'électrique devrait effectivement couter nettement moins cher malgré les compétences nécessaires, l'informatique simplifiant la tache.

4/L'énergie électrique à bas cout: je n'y crois pas, et même pas du tout. Sauf a considérer le cout relativement à l'énergie fossile qui augmenterais considérablement, ce qui est probable. Je suis moi même producteur d'électricité photovoltaïque, et à la fin de mon contrat de rachat, vendre au prix de marché d'aujourd'hui ne me permettra pas de m'y retrouver, sauf augmentation significative d'ici là, et malgré une installation amortie!
A/ En France, nous sommes un des pays les moins cher d'Europe (source statista: https://fr.statista.com/infographie/11825/comparaison-cout-electricite-en-europe/
B/ Il n'y a qu'a regarder la folie d'une facture d'électricité pour comprendre qu'en cas de baisse éventuelle du prix du kW, la facture augmentera: taxes acheminement etc...ça ressemble à une fiche de paie d'il y a 10 ans)
C/depuis 2005 les tarifs réglementé ont toujours augmenté sauf en 2016.
D/ il y a un vrai problème dans la Gouvernance du nucléaire Français: -Inkley Point, Areva- Cela pèsera sur les tarifs, de mémoire 70 à 75% de l'élec Française est nucléaire. Pour ce qui est du renouvelable "raisonnable", (peut soutenu et peu intermittent: l'hydraulique, son potentiel n'est plus extensible et la création de nouveau barrages/retenues est ou sera "zadisée."

5/rien a rajouter.

Quant au vécu de Quentin, je n'ai pas de voiture électrique bien que j'aimerai rouler en Tesla, cependant, les expériences qui m'entoure ressemble beaucoup a celle décrite.
Coté "aide de l'état", je me demande jusqu'où va durer le "Quoi qu'il en coute". Le Covid a ouvert les vannes du Keynésianisme comme jamais, je suis curieux de voir comment le mur de l'endettement et des Gilets jaune sera géré....

Personne n évoque le paramètre règlementaire et les nombreuses régions du monde et surtout villes ayant annoncés une date d interdiction d usage et de vente des voitures thermiques
Face à cette date butoir, les comportements d achat sont à anticiper, d une décennie ?
Dans ce contexte, dans une optique purement investissement, je me dis que des voitures thermiques de collection offrant un réel « confort » de conduite traditionnel, verraient leur côte exploser: rarefaction, prestige, historique, différent...
Autant un Apple II a une côte mais est peu exploitable, autant un cabriolet MG, tant que de l essence sera en vente, offrira un plaisir à son conducteur

Hello,

Il me semble avoir lu dans Les Echo dans un article relatif aux "eco" comportements que le point d'inflexion vers le "mass market" était effectivement de 10%. Donc ton analyse me parait plutot bien fondée :)

Débat intéressant sur l'intérêt, les contraintes et les énormes progrès qu'il reste à faire sur l'électrique. Pour ma part je pense que la règlementation à venir (européenne notamment) fera de toute façon disparaitre les moteurs thermiques à moyen terme. Partant de ce postulat, l'électrique ou toutes autres technologies ont un gouffre abyssale devant elle qu'il ne reste qu'à combler. Le travail ne fait que commencer.

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.

Your Information

(Name is required. Email address will not be displayed with the comment.)

Twitter Michel de Guilhermier

Twitter Day One Entrepreneurs & Partners

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Categories